Redon, Portaits(s) d'une île - Philippe Caharel
Redon, Portaits(s) d'une île
Avec l’île de Redon, un beau projet urbain est en train de se construire. Les paysages bougent, évoluent, se transforment. Fil conducteur, la Vilaine et le canal sont en contact direct avec le front urbain. C’est un atout incomparable, parce qu’il est évident que c’est là, à deux pas du centre historique que se dessine une part importante de l’avenir du territoire. Nous devons prendre conscience que nous sommes tous individuellement et collectivement responsables de ce que nous faisons de nos paysages.
Mon projet de portait photographique a commencé par un questionnement et un décodage de ces paysages entourés d’eau. Ils se sont construits et développés au fil du temps et je constate que la réalité est complexe. L’interaction entre l’eau et les hommes révèle des tensions, entre beauté et contraintes, passé et présent, urbanisme et nature. Pas à pas ma démarche, se teinte d’empathie, elle établie une complicité avec les lieux. Au cours de mes errances, je recherche l’insolite, le dérisoire, le beau, le banal et j’en rapporte quelques perceptives improbables avec souvent deux dispositions du monde, l’ancien et le moderne, l’urbanisation et la nature ainsi que des interactions entre paysage naturel et les traces laissées par l’homme. Je revendique dans mes images panoramiques en noir et blanc une certaine subjectivité avec un gout pour les ciels tourmentés et les lumières capricieuses.
Il s’agit bien d’une sorte de portrait, ni flatteur, ni caricatural, il rend compte d’un paysage quotidiennement traversé trop souvent sans regard et qui n’a dans la réalité aucun intérêt mais c’est sa transformation photographique qui le rend intéressant.

Top