Fragiles Apparences - Philippe Caharel
Fragiles Apparences
Je pars en prise de vues comme à l’aventure dans cette campagne bretonne, j’observe et je découvre leurs réalités changeantes afin d’en dessiner une cartographie des paysages abstraite et poétique. La pression urbaine sur les bords de mer, l’abandon continu des bourgs, le développement de l’habitat pavillonnaire, le déclin de l’élevage ou au contraire son industrialisation sont des caractéristiques importantes qui transforment les paysages. C’est un territoire en perpétuel mouvement qui forme un nouveau puzzle complexe à déchiffrer où les lieux et le temps se sont enchevêtrés.
Ce sont particulièrement des endroits intermédiaires que je questionne, où les opposés s’enrichissent. J’y cherche le petit accroc, le léger défaut qui va rendre la réalité plus singulière et affaiblir l’illusoire vernis des apparences. Attentif aux moindres signes, ne négligeant rien : ni les cicatrices du paysage, ni les entrées de ville souvent insipides, ni les croix et autres monuments aux morts qui ornent les bourgs et les routes de campagne.
Artiste du peu et du vide, du silence et de l’espace, je suis quelqu’un de discret qui s’interroge constamment sur la façon d’appréhender les espaces ordinaires, de composer avec chacun des éléments présents afin d’y trouver un sens et de traduire une émotion. Une lumière homogène et douce, une prise de vue souvent frontale, une absence de contrastes violents et une légèreté dans les tons donnent à l’image une plasticité assez forte même si les lieux sont faibles et délaissés. Leur transformation photographique les rend attachants.
Top